photo inraci

Hétérotopie

hétérotopie
des espaces autres
hétérotopie
des espaces autres

option/

cours/

photographie

option

«…Des utopies qui ont un lieu précis et réel, un lieu qu’on peut situer sur une carte; des utopies qui ont un temps déterminé, un temps qu’on peut fixer et mesurer selon le calendrier de tous les jours… » C’est au travers de ce concept forgé par Michel Foucault que tout commence.

Nous avons proposé à nos élèves de 5ème photo de développer une réflexion personnelle et esthétique sous la forme d’un essai photographique. Nous leur avons proposé de nous raconter leurs « espaces autres », de prendre conscience de ces moments hors du temps mais contenus dans des espaces physiques, qui s’immiscent discrètement dans nos quotidiens en regardant par la fenêtre d’une salle d’attente, en attendant son train sur un quai ou encore en longeant le couloir nous menant à notre lieu de travail. Chaque lieu de passage était une incitation à la réflexion qui ne pouvait finalement être sollicitée que par les émotions et les parcours propres à chacun. C’est ainsi que nous avons obtenu autant d’images que de personnalités sensibles.

Nous avons présenté cette collection hétérotopique à La Maison de l’Image, qui a tout de suite proposé de l’héberger sous la forme d’une exposition collective dans la convivialité de son bâtiment jettois. C’est un lieu propice aux rencontres et aux échanges entre passionnés de l’image, un musée laboratoire accueillant toutes sortes de matériel photographique récent ou ayant traversé les années, pour la plus grande curiosité de nos élèves. C’est dans cette volonté de partage très chère à LaMi, que l’on nous a proposé de former nos élèves à la technique du contrecollage sur dibond (plaque constituée de deux feuilles d’aluminium séparées par une mince plaque de polyéthylène) qui transforme un tirage papier en véritable pièce d’exposition.

Afin de rendre la préparation de cet événement la plus formatrice possible pour nos jeunes photographes, ils ont réalisé eux-mêmes les affiches annonçant l’exposition.

photo inraci

Ils ont également été confrontés aux délais de production et de préparation à l’impression et puis aux choix. Quelle image sélectionner ? A quelle image vais-je m’associer, celle qui va me représenter ? Ils ont donc appris à prendre du recul et à regarder l’ensemble de la production collective, ils ont appris à argumenter et à défendre leurs images mais aussi à accepter de se mettre en retrait au service du collectif. Enfin, ils se sont confrontés aux regards critiques des passionnés et professionnels présents et aussi au regard de plus en plus aiguisé de leurs pairs le 22 mars 2019 à l’occasion d’un vernissage réunissant pour leur plus grande fierté un grand nombre de visiteurs.


Atelier Graphique- Option Infographie Secondaire

L’INFOGRAPHIE

QU’EST-CE DONC ?

option/

cours/

Infographie

Atelier Graphique

Un domaine vaste qui passe de la réalisation d’un logo à la création d’un site web!
Dans notre option, nous guidons pas à pas nos élèves pendant deux ans, dans l’apprentissage des logiciels ainsi que dans le développement de leur créativité, deux éléments indispensables au métier d’infographiste.

Quels sont les prérequis ?

Une forte envie de créer et une grande curiosité du monde qui nous entoure. La connaissance des programmes ainsi que les bases du dessin s’ac-quièrent au cours des deux années.
L’option infographie est divisée en deux cours de six heures chacun : l’atelier graphique et l’atelier Web. Chaque cours utilise des programmes spé-cifiques à sa spécialisation.

Atelier Graphique

Quels programmes pour ce cours ? Le trio de la suite Adobe !

– Illustrator qui nous permet de réaliser des logos à l’aide de vecteurs. Photoshop qui nous aide à créer des montages photos. Indesign qui est pointu pour la réalisation des mises en page. Mais la formation ne s’arrête pas au seul appren-tissage de logiciel. Dès la cinquième année, nos élèves suivent une formation en dessin afin de les aider à crayonner ner leurs projets sur papier, ce qui est une étape importante avant de réaliser le projet sur ordinateur. D’autres projets plus « manuels » sont également réalisés.
Par exemple, la réalisation de motifs sur base  de collages, packagings faits mains et ornés de motifs découpés dans le carton de la boite en elle-même. Lors des portes ouvertes de l’école, certains travaux sont exposés. On peut ainsi voir les affiches réalisées par nos étudiants de cinquième année et déguster de délicieuses pralines offertes dans des boites réalisées pas nos étudiants.

Les élèves de sixième invitent ce jour là les visiteurs à déguster une bière brassée spécialement pour l’occasion et ornée d’une étiquette faite par leurs soins lors d’une formation suivie au CTA. En parcourant l’école, vous croiserez les portes habillées par les sixièmes. Les portes ouvertes sont, chaque année, une succession de surprises réservées à nos visiteurs et un moyen offert à nos élèves de réaliser des projets bien concrets destinés à un « vrai » public. Pour leur permettre d’exprimer toute leur créativité, nous mettons à leur disposition des outils performants. Le local d’atelier graphique est équipé d’Imac récents, d’une imprimante laser A3, une découpeuse- graveuse laser et une découpeuse vinyle. Ce matériel leur permet de travailler différents supports : papier, carton, bois, plexi, vinyle, etc… Ils ont donc une expérience supplémentaire à faire valoir.

Nos élèves sortent donc de sixième année avec un CESS et une qualification qui leur permettront de, soit poursuivre dans cette voie ou une toute autre option, soit être directement armés pour affronter le monde du travail.


Lire, écrire, compter, coder

Lire, Écrire,

Compter, Coder

option/

cours/

Toutes

divers

L’école d’hier, c’était «Lire, écrire, compter», aujourd’hui, il faut y ajouter «Coder».

Partant du constat qu’un jeune ne doit pas développer les mêmes compétences que ses parents au même âge, la connaissance d’un langage de codage, d’une logique, de l’algèbre et l’algorithmique est un continuum de l’alphabétisation. Le codage ne doit pas être une fin, mais un moyen de comprendre et d’interagir avec le monde qui nous entoure. Faire de l’informatique à l’école ne doit plus se limiter à l’utilisation passive d’un logiciel de bureautique. L’apprentissage de la programmation dépasse le cadre du codage, il engage des processus d’analyse, de réflexion, il oblige à faire des choix, de les tester, et enfin, il renforce l’estime de soi. Face à un manque évident d’initiative des pouvoirs publics allant vers ce type d’apprentissage, un mouvement vers de nouvelles formes d’enseignement voit le jour, citons au passage les «Coderdojo», l’école 19, le” Molengeek”,…  . Saluons l’arrivée de nouveaux mots dans le vocabulaire associé à l’enseignement comme : «StartUp, Incubateur, Coding School, FabLab, CoWorking, etc». De nouveaux acteurs, de nouveaux mots, il est plus que temps de prendre le train en marche, la génération «Y» est déjà installée. La plupart des options de l’Institut contiennent des cours de programmation : Python et Shell en Informatique ; HTML, CSS et Java Script en Infographie; C++ et Java en électronique; LabVieuw, Ladder et Graphset en Automatique. Cette pratique quotidienne de la programmation au sein de l’Institut doit permettre à nos élèves d’être des acteurs accomplis de notre cybersociété.